UNESCO Education For All (EFA) Profil du pays

La Namibie a une superficie de 825 418 km ² avec seulement 2,3 millions d'habitants en 2012, ce qui en fait l’un des pays du monde les moins peuplés. La Namibie fait partie des pays dont le revenu est considéré comme moyen, tout en étant toutefois marquée par de fortes inégalités socio-économiques. La propagation du virus du SIDA parmi la population adulte âgée de 15 à 49 ans représente un problème majeur (13,4 pour cent). En 2013, le pays se classait à la 128ème place sur 187 pays en termes d’indice de développement humain (IDH).

Si l’on compare l’évolution de la Namibie par rapport à l’indice de développement africain de l’Éducation pour tous entre 2000 et 2012, le pays a déjà accompli des progrès certains. C’est principalement flagrant en ce qui concerne le taux d’achèvement du degré primaire, qui a réussi à passer de 76,7 pour cent à 90,1 pour cent. Le taux d’alphabétisation des adultes s’est lui aussi légèrement amélioré, passant de 85 pour cent à 88,7 pour cent. Toutefois, concernant la parité filles-garçons, une tendance négative est apparue au niveau de l’école primaire : de 98 pour cent en faveur des filles en 2000, contre 96,5 pour cent en faveur des garçons en 2012. 

Au niveau pré-primaire, des reculs sont également enregistrés. En 2000, 36 pour cent des enfants avait accès à l’éducation précoce : en 2006, ils n’étaient plus que 30 pour cent. Cette tendance négative semble s’accélérer ces dernières années. À l’heure actuelle, la plupart des écoles maternelles de Namibie constituent encore des initiatives d’entreprises privées. Les écarts de qualité entre les établissements sont particulièrement importants. Rares sont les écoles maternelles qui offrent un niveau d’enseignement acceptable et dans lesquelles la direction et le personnel sont formés convenablement. La grande majorité des écoles maternelles ne répond pas aux normes minimales en matière de formation, de sécurité, d’hygiène ou d’alimentation. Le manque d’implication et de responsabilité des parents dans l’éducation précoce des enfants est également identifié comme une lacune majeure. En outre, les écoles maternelles privées n’étant accessibles qu’aux enfants dont les parents peuvent payer, les enfants les plus désavantagés sont exclus de cette étape de l'éducation. 

En résumé, la portée de l'éducation s’est renforcée. Le taux de scolarisation au niveau secondaire inférieur a augmenté de 20 %, pour atteindre 102 pour cent, et de 8 % au niveau supérieur pour atteindre 38,1 pour cent. Depuis l'année 2001, l’accès à l'école en Namibie est universel. Mais tous les élèves ne terminent pas l'école primaire, même si des progrès ont été faits dans ce domaine (de 72 pour cent à 85 pour cent). En revanche, beaucoup de jeunes terminent leurs études secondaires supérieures, à hauteur de 94,8 pour cent, lorsqu’ils ont réussi la procédure de sélection rigoureuse aux niveaux inférieurs, où seuls 67 % passent en classe supérieure et 22,7 % subissent un redoublement. En ce qui concerne la qualité de l'éducation en Namibie, il faut mentionner qu'elle est en moyenne comparable à celle des États d’Afrique de l’Est.

Les résultats concernant la réalisation des objectifs de l’Éducation pour tous restent nettement en dessous des attentes, même s’il règne en Namibie un environnement particulièrement favorable. Avec 22 pour cent, le budget de l'Éducation nationale se situe seulement dans la moyenne de tous les États du sud du Sahara. En 2012, ce budget était réparti à hauteur de 41 % pour le niveau école primaire. Cette valeur était ainsi inférieure à la moyenne des États du sud du Sahara, qui s'élevait à 44 pour cent. Avec 22 pour cent, le budget de la Namibie en faveur de l’enseignement secondaire est également inférieur de huit pour cent à la moyenne.