Stratégie de la préparation à l’école 2019-2025

Une nouvelle stratégie constitue toujours un jalon dans le développement d’une organisation, l’occasion de faire le point et de repenser ce qui a été appris, pour se débarrasser du lest et pour saisir de nouvelles opportunités. Le conseil d’administration et la direction ont consacré beaucoup de temps au processus stratégique et ont élaboré en plusieurs étapes la stratégie de la préparation à l’école pour les années à venir. La question centrale était de savoir dans quel créneau la Fondation peut utiliser le plus efficacement possible ses compétences et son budget fixe au cours de la période définie. 

Quelles leçons avons-nous tirées de la stratégie passée ?

Avec la dernière stratégie, la Fondation Roger Federer s’est déjà engagée de manière conséquente sur un point précis. Sur le plan géographique, le Conseil de fondation a décidé au fil des ans, de s’étendre outre la Suisse progressivement de l’Afrique du Sud à la région de l’Afrique australe, de sorte que la Fondation est aujourd’hui active dans six pays. Lors de la sélection des pays, nous avons été guidés par l’homogénéité des systèmes d’éducation et par le contexte linguistique anglais, ce qui a créé de nombreuses synergies d’apprentissage dans les projets. La concentration sur une région a également permis d’accroître l’efficacité de notre gestion, d’autant plus que nous avons ouvert un bureau régional à Johannesburg en 2016 avec trois employés locaux.

Sur le plan thématique, la Fondation a exclusivement soutenu la qualité de l’éducation des enfants. Cela a été obtenu grâce à un large éventail de projets efficaces mis en œuvre par des partenaires locaux soigneusement sélectionnés. Des évaluations externes ont suffisamment documenté l’impact à long terme. Dès le début, nous avons investi environ la moitié de nos fonds dans l’encouragement dans le domaine préscolaire et l’autre moitié dans la qualité de l’école primaire. Cette orientation constante s’est avérée très positive pour la Fondation. L’équipe a pu se transformer en véritables experts en éducation et a accompagné et testé différentes approches de nos partenaires. Dans la région, nous avons pu affiner notre profil en tant qu’organisation et constituer un réseau de collaborateurs thématiques. Nous disposons également d’excellents partenaires locaux, sans lesquels les bons résultats de ces dernières années n’auraient pas été possibles.

Outre notre orientation thématique, notre approche nous a particulièrement marqués. Dans tous nos projets, nous avons mis l’accent sur le renforcement des forces locales existantes. Le développement des capacités et des connaissances manquantes était d’une importance capitale. Ce n’est pas nous qui avons apporté le changement, mais surtout les efforts de la population locale, qui s’est elle-même sensibilisée et s’est mobilisée pour trouver une solution à ses problèmes d’éducation avec notre soutien. Il a été prouvé que cette approche d’auto-assistance mène à la durabilité non seulement du système éducatif, mais aussi de l’ensemble des structures villageoises.

Néanmoins, des améliorations stratégiques sont encore nécessaires. Le groupe cible de la stratégie achevée a été défini de manière assez large, ce qui a donné lieu à des projets éducatifs distincts, avec des composantes et des résultats fort différents. Une fille de 12 ans a des besoins éducatifs différents qu’un enfant de trois ans. Cette stratégie a conduit à un résultat insatisfaisant : bien que nous ayons pu améliorer de manière mesurable la qualité de l’éducation de plus d’un million d’enfants, nous n’avons pas pu obtenir les résultats souhaités. De plus, il n’y avait pas d’indicateurs d’impact multi-projets qui reflétaient notre impact en tant que Fondation. Nos projets ont pourtant permis d’atteindre des changements décisifs au niveau des communautés et des villages. Cependant, à l’exception du Malawi, notre engagement n’a eu pratiquement aucun impact systémique au niveau national ou même régional – cela aurait supposé une approche très différente.

Ces dernières années nous ont également montré que si de nombreux acteurs étatiques et non étatiques sont impliqués dans l’éducation précoce ou primaire, ils ne s’intéressent pas à la transition et aux processus entre les deux secteurs. C’est précisément dans cette transition de la vie des enfants que beaucoup peut mal tourner et influencer négativement les étapes qui peuvent être déterminantes pour la vie. Enfin et surtout, l’adoption des 17 objectifs de durabilité des Nations unies a créé un programme et une dynamique au niveau mondial. Nous sommes tous appelés à apporter notre contribution à la réalisation de ces objectifs. C’est pourquoi il nous a paru très important d’adapter notre engagement en conséquence.

Quelle est notre nouvelle stratégie ?

La Fondation Roger Federer reste fidèle à son approche de l’autonomisation des enfants vivant dans la pauvreté. La théorie du changement la plus efficace et la plus durable pour atteindre cet objectif est la mise en place d’un système éducatif de haute qualité. L’éducation est non seulement un droit de l’homme, mais aussi et surtout un facteur crucial pour briser le cycle de la pauvreté, améliorer la santé et renforcer la responsabilité sociale et la protection de l’environnement. Malgré son importance, l’éducation est en crise dans le monde entier. Dans de nombreux cas, la qualité est insuffisante, les objectifs éducatifs minimaux ne sont pas atteints et les enfants abandonnent l’école prématurément. Pour de nombreux enfants, l’école se termine après quelques années seulement dans l’école primaire. Une raison majeure et scientifiquement reconnue est le manque d’accès à un enseignement préscolaire de qualité dans les pays en développement.

C’est pourquoi nous nous concentrons sur les plus jeunes apprenants au cours des sept prochaines années – un créneau qui est clairement sous-financé au niveau mondial. Les enfants les plus vulnérables, qui auraient besoin d’une éducation pour échapper au piège de la pauvreté, n’ont souvent pas un bon départ à l’école primaire. Le passage de la maison ou de la maternelle à l’école primaire est très sensible et plein de défis. Si les enfants ne sont pas suffisamment préparés à l’école ou s’ils ne sont pas bien intégrés dans le nouvel environnement, rarement adapté à leur âge, il y a une forte probabilité qu’ils échouent. Cela signifie qu’ils ne se développent pas correctement ou même qu’ils quittent l’école prématurément. Conformément à l’objectif de durabilité 4.2, nous nous concentrons entièrement sur l’amélioration de la préparation des enfants à l’école, mais aussi sur l’adaptation des écoles aux besoins des enfants.

Notre objectif est de donner à plus d’un million et demi d’enfants un bon départ dans l’éducation. Les enfants doivent avoir accès à au moins une année d’apprentissage organisé avant d’entrer à l’école. Nous nous engageons à faire en sorte que les enfants se développent en fonction de leur âge et survivent aux premières années d’école sans redoublement ni abandon. Afin de mettre en place un système qualifié à cet effet, nous sensibilisons toutes les parties prenantes concernées, telles que les parents, les enseignants, les communautés et les autorités compétentes, aux besoins des enfants et à la responsabilité assumée. Grâce à l’engagement de ces acteurs, les enfants ont accès à l’éducation préscolaire et leur environnement d’apprentissage est adapté à leur âge. Des processus sont en place pour garantir que la transition des enfants vers l’école primaire se fasse en douceur et qu’ils se sentent rapidement à l’aise dans leur nouvel environnement d’apprentissage. Les compétences des enseignants sont promues de manière holistique dans les groupes d’apprentissage grâce à une formation décentralisée et numérique. Un kiosque d’éducation précoce sous la forme d’une tablette hors ligne développée individuellement pour chaque pays par des experts locaux contient un large éventail de contenus d’apprentissage pour l’éducation précoce, le travail parental, la construction d’une aire de jeux dans la nature, le développement de matériel pédagogique, la lecture d’histoires ou une application pour l’observation et l’analyse systématiques du développement de l’enfant. L’approche de l’apprentissage en groupe favorise le mentoring réciproque à long terme.

L’objectif est de lancer l’initiative « Préparation à l’école » dans les six pays de l’engagement existant et de la mettre en œuvre dans 1 500 à 3 000 établissements par pays. Cela signifie que nous atteindrons quelque 12 000 établissements d’enseignement au cours des sept prochaines années. Cela se fera en étroite consultation formelle et en coopération avec les autorités. À long terme, nous espérons que le kiosque d’éducation précoce sera étendu à toutes les institutions concernées du pays par l’intermédiaire du ministère de l’éducation.

Quelles sont les conséquences opérationnelles ?

La nouvelle stratégie implique une approche innovante et systémique. Cela nécessite quelques changements dans l’organisation opérationnelle de la Fondation Roger Federer. La Fondation intensifie et formalise sa coopération avec les acteurs étatiques à tous les niveaux. Elle devient elle-même opérationnelle et coordonne les programmes nationaux et le développement du kiosque de l’éducation de la petite enfance. Un consortium de partenaires locaux mettra en œuvre le programme, où les organisations seront de différentes tailles et traiteront des sujets variés. À une exception près, nous avons réussi à convaincre toutes nos organisations partenaires précédentes de s’engager dans l’initiative « Préparation à l’école ». Toutefois, d’autres partenaires et acteurs ponctuels seront ajoutés afin de faire face à la mise à l’échelle nationale qui s’effectue parfois au sein des programmes des différents pays.

La responsabilité globale des programmes par pays reste du ressort de la Fondation Roger Federer. Nous renforçons donc nos services de rapport, de documentation et d’évaluation et élargissons notre équipe en conséquence. Une coordination étroite de l’initiative « Préparation à l’école » avec d’autres acteurs nationaux et internationaux est absolument essentielle. Roger Federer s’engagera de manière encore plus intensive et proactive en tant qu’ambassadeur et Président de la Fondation pour assurer la réussite de la mise en œuvre de la stratégie, dont le budget est estimé à 50 millions de francs suisses.